couverture du livre : Afrikakorps


Genre : Histoire de...
Parution : 28 mars 2013
PRIX public TTC : 26,90 €
Nombre de pages : 512 pages
ISBN : 979-10-210-0094-0
Droits à l'étranger : Disponible

«Afrikakorps de Benoît Rondeau»

Benoît RONDEAU

Dans L'Ardennais


AU SEIN DE L'AFRIKAKORPS


On l'appelle aussi l'armée de Rommel même s'il doit la quitter avant son échec définitif en Afrique du Nord. 

L'Afrikakorps présentée comme une unité d'élite de la Wehrmacht sans que l'on se soit toujours attaché à bien mesurer son degré de nazification, fait l'objet d'un ouvrage de synthèse bienvenu signé Benoît Rondeau. Cette fresque commence avec la décision de Berlin de venir en aide à son allié italien, incapable de redresser la situation de l'autre côté de la Méditerranée.

Pour y parvenir, on fait appel à un jeune général âgé de 49 ans, qui connaît bien le sens des Italiens au combat et a déjà pu en apprécier les faiblesses alors qu'il était jeune lieutenant des troupes de montagne à l'automne 17 au cours de la 11e bataille de l'Isonzo pendant la Première Guerre mondiale.

Il s'agit du général Erwin Rommel qui est alors le chef de la 7e Panzer-Division, surnommée division "fantôme" en raison de sa rapidité de mouvement sur le terrain.

Rondeau structure son livre en quatre parties bien identifiées. Il évoque la particularité de la guerre du désert et suit la chronologie pour faire vivre le déplacement des unités depuis Tobrouk jusqu'aux épisodes de Bir Hakeim et El Alamein avant la bataille de Tunisie et l'effondement de cette armée en mai 1943

 

DEFORMATION DE LA REALITE HISTORIQUE

 

Une dernière partie est consacrée à la postérité de l'Afrikakorps. L'auteur s'interroge sur la déformation de la réalité historique des combats qui ont été menés, sur l'exploitation des événements et leur retranscription y compris au cinéma. Rondeau est moins sévère que d'autres historiens et que les officiers allemands envers les unités italiennes et la part du travail qu'elles ont accomplie lors des grands combats d'Afrique du Nord. Le lecteur est aidé par plusieurs cartes indispensables pour bien suivre l'évolution du front dans des régions aux noms compliqués. On apprécie aussi les références données ainsi que l'importance de la bibliographie

Alors que l'on va célébrer le 70ème anniversaire de la fin des combats en Tunisie et du renoncement de l'Afrikakorps, cet ouvrage est opportun pour faire une révision générale de ses connaissances. On est sûr d'y découvrir des aspects des combats et des postures mutuelles jusqu'ici, un rien négligés. Une manière aussi de remettre à leur juste place Rommel et Montgomery et de prendre la distance qui s'impose compte tenu de l'intensité de part et d'autre des services de propagande pour vanter leurs généraux.



Twetter Partager