couverture du livre : Sous le feu


Genre : Mémoires et témoignages
Parution : 9 janvier 2014
PRIX public TTC : 20,90 €
Nombre de pages : 272 pages
ISBN : 9791021004306
Droits à l'étranger : Disponible

«La mort comme hypothèse de travail»

Michel GOYA

Défense et Sécurité Internationale Avril 2014


Etre au combat n'est pas anodin : c'est, au sens premier du terme, une situation « anormale ». Que se passe-t-il, dès lors, dans la tête des hommes ? C'est la question à laquelle répond brillamment Michel Goya, en examinant systématiquement et méthodiquement les différentes phases : les assauts, bien

sûr, mais aussi la réplique adverse, l'avant ou l'après. Il montre les différentes postures adoptées par les « acteurs » - dont certains apparaissent comme de véritables « supercombattants » et d'autres comme des « spectateurs », qui forment la majorité de la troupe. Mais il ne s'agit pas

uniquement d'entrer « dans le crâne » des combattants pour comprendre ce qu'ils ressentent. L'auteur cherche également à appréhender le «jeu tactique », et notamment comment des offensives peuvent s'enliser, certes du fait de l'adversaire, mais aussi du fait de la dynamique propre,

très complexe, des groupes. M. Goya cite ainsi le cas d'une étude des méthodes et autres compétences nécessaires à la prise d'une tranchée en vue de faire des prisonniers et qui nécessite... 154 pages. En plus de rendre accessible cette complexité dans un style clair, agréable et émaillé

de nombreux exemples, l'auteur se place dans un cadre dépassant la micro tactique des actions. En filigrane de l'ouvrage, apparaît la question du combat comme composante de l'efficacité stratégique - le dernier chapitre, « vie et mort des compétences combattantes », est particulièrement

brillant - et la manière de l'améliorer. Au final donc, une lecture excellente et très recommandée. • j. H.




Twetter Partager