couverture du livre : La Guerre romaine. 58 avant J.-C.-235 après J.-C.


Genre : Essais historiques
Parution : 21 août 2014
PRIX public TTC : 25
Nombre de pages : 448
ISBN : 9791021004634
Droits à l'étranger : Disponible

«Ouvrage fondamental et indiscuté!»

Yann LE BOHEC

Article dans Breizh le 09/11/2014


Les Editions Tallandier ont publié en août dernier le dernier ouvrage de l’historien Yann Le Bohec, que les lecteurs de la Nouvelle Revue d’Histoire connaissent bien. Intitulé « La guerre romaine », le livre retrace pas moins de 3 siècles d’histoire militaire romaine, dans ce qui constitue sans aucun doute une synthèse des 40 années de recherches qu’a consacrées l’historien à l’histoire romaine. Il s’agit donc d’un ouvrage fondamental et indiscuté sur la période de la part de celui qui est également professeur émérite en Sorbonne.

L’armée romaine a été l’armée la plus efficace non seulement de l’Antiquité mais encore de toute l’histoire. En cinq siècles elle a conquis un empire immense, elle a su le garder pendant cinq autres siècles  et, après sa disparition, elle n’a laissé que des regrets. Pourquoi et comment, les réponses se trouvent dans ce livre.

Sait-on que Rome, qui a tant fait la guerre, ne rêvait que de paix ? Les Romains avaient mis en place de nombreux garde-fous religieux et juridiques pour éviter la confrontation armée : la littérature actuellement disponible l’ignore. Mais, une fois engagée sur le chemin de la guerre, Rome ne concevait pas de s’arrêter sinon sur une victoire claire et nette. Sait-on aussi que les Romains ont inventé la logistique, le génie militaire, la médecine militaire et le  » deuxième plus vieux métier du monde « , le renseignement ? Ils ont pratiqué toutes les formes de combat, la bataille en rase campagne, le siège, et aussi la gesticulation, le combat en milieu urbain et en montagne, la bataille de nuit et la contre-guérilla (sur un modèle ressuscité vingt siècles plus tard par David Galula) ; sans oublier le combat naval.
Ils ont même inventé la guerre biologique et chimique. Et ils ont eu une stratégie ; une  » petite stratégie « , certes, mais une vraie stratégie.

Et, fait étonnant, cette armée exemplaire a nourri en son sein des déserteurs et des traîtres !

L’ouvrage de 448 pages comporte cinq grandes parties:

L’ouvrage se compose également des notes abondantes, un lexique des abréviations, sources et une bibliographie. Un index des noms propres et un autre des noms communs sont aussi présents.

L’ouvrage est soutenu, dans le texte, par des tableaux, photos en n/b, illustrations et cartes.

 

Lien vers l'article



Twetter Partager