couverture du livre : Le monde selon Chirac


Genre : Le monde selon
Parution : 19 mars 2015
PRIX public TTC : 19,90 €
Nombre de pages : 336
ISBN : 9791021008663
Droits à l'étranger : Disponible

«Le Monde selon Chirac»

Jean-Louis DEBRÉ

Le Figaro, 19 mars 2015


 

Les confidences de Jean-Louis Debré sur Jacques Chirac


Jean-Louis Debré sortait le 19 mars un ouvrage sur l'ancien président de la République. Il évoque pour le figaro.fr quelques moments forts de la carrière de Jacques Chirac.

 

Jean-Louis Debré , fidèle de Jacques Chirac, est un des rares à lui rendre régulièrement visite. «Je lui raconte l'actualité. Il pose beaucoup de questions, plus qu'il ne parle», confie au Figaro le président du Conseil constitutionnel dont le livre Le Monde selon  Chirac (éditions Tallandier) sort ce jeudi 19 mars.

«Comment vois-tu les choses?», demande ainsi l'ancien chef de l'État à Jean-Louis Debré, venu le voir au lendemain des attentats de janvier. «Lorsque j'ai essayé de lui raconter les événements, de lui décrire les manifestations, j'ai senti une angoisse. Je la lisais dans ses yeux. Mais, en même temps, ce n'est plus tout à fait son monde...», explique celui qui connaît Jacques Chirac depuis près de cinquante ans.


Le geste «sympathique» de Mitterrand, le jour de l'investiture


Le combat politique qui a le plus marqué son mentor? Sans nul doute la campagne présidentielle de 1994-1995 et sa rivalité avec Édouard Balladur. Lorsque, début 1995, les courbes de popularité des deux candidats s'inversent pour la première fois en faveur de Jacques Chirac, celui-ci lance à Debré: «Balladur c'est comme la poterie ancienne. Il supporte les décorations, pas le feu».

La «défection» de Nicolas Sarkozy, parti rejoindre le camp du premier ministre, atteindra aussi beaucoup Jacques Chirac. «C'est un sujet encore difficile à aborder avec lui», constate son fréquent visiteur.


En revanche, la passation de pouvoir, le 17 mai 1995, est l'occasion d'une heureuse surprise pour le nouveau président: «François Mitterrand l'a accueilli et l'a entraîné dans son bureau. Pour lui être agréable, il avait fait remettre la pièce à l'identique de la période du général de Gaulle. Même mobilier, même disposition. Du coup, l'investiture a pris un peu de retard. Mais le geste était sympathique!»


Le parcours politique de Jacques Chirac? Ses convictions? Jean-Louis Debré explique: «Il est inclassable politiquement. Ce n'est pas un dogmatique. Dans une espèce de tradition gaulliste, ce n'est ni la droite, ni la gauche. Mais ET la droite ET la gauche. Il a commencé très à gauche en vendant L'Humanité, a assisté, entraîné par son ami Rocard, aux réunions d'une section socialiste qu'il a vite jugées trop sectaires, mais n'a pas, pour autant, rejoint les gaullistes, trop conservateurs à ses yeux».


Retrouvez l'article du Figaro 




Twetter Partager