couverture du livre : Juger la reine


Genre : Essais historiques
Parution : 8 septembre 2016
PRIX public TTC : 22,50 €
Nombre de pages : 368
ISBN : 9791021010567
Droits à l'étranger : Disponible

«Le Journal Du Dimanche - 11/09/16»

Emmanuel DE WARESQUIEL

Juger la reine


Le 16 octobre 1793, Marie-Antoinette est conduite à la guillotine par une foule haineuse après trois jours d'un procès où ce n'est pas seulement la reine déchue qui est jugée mais aussi la femme, la mère, l'étrangère. « L'Autrichienne », comme on la nomme alors avec mépris, est accusée de « manoeuvres et intelligences avec les puissances étrangères », d'avoir gaspillé l'argent de l'État alors que son peuple mourait de faim et, parmi les charges les plus abjectes, d'adultère et d'inceste avec son propre fils. À la barre, elle voit se succéder le meilleur comme le pire, des soutiens fidèles qui prendront sa défense au péril de leur vie à la masse des opportunistes qui n'auront pas attendu longtemps pour se déclarer sans-culottes. La plupart lui survivront de quèlques mois seulement, avalés par la Terreur qui n'en est, au moment du procès, qu'à ses balbutiements.
Face à ce déferlement de violence et d'arbitraire, les archives décrivent une femme courageuse et loyale, qui a plusieurs fois refusé de prendre la fuite et d'abandonner son époux et ses enfants, qui ne cède rien à ses juges et geôliers, répond avec calme aux accusations et ne cille pas à l'annonce de la sentence. L'historien y voit l'accomplissement d'une destinée : pour celle qui a connu l'exil, les intrigues de la cour et le deuil d'un enfant, le tribunal révolutionnaire n'est qu'une épreuve supplémentaire, la conclusion tragique d'une existence prisonnière de l'Histoire. « Ses prisons n'ont pas seulement été celles de la Révolution, elles ont été celles de toute sa vie. Toute sa vie, elle a
cherché à s'en évader, puis, un jour, elle a décidé de rejoindre son destin. Elle s'est reconnue. Elle a été reine, elle a fait son métier de reine et elle l'est restée jusqu'au bout. »


Quand les passions l'emportaient sur la raison

 
Si l'imaginaire créé au fil des siècles autour de Marie-Antoinette foisonne de textes et d'images, peu se sont penchés sur son procès, où se rencontrent pourtant deux mondes que tout oppose, l'un voué à disparaître (la monarchie), l'autre en train de naître (la République). En
exploitant des archives jusqu'alors inédites, en restituant le climat politique d'une époque pour le moins troublée, Emmanuel de Waresquiel ressuscite l'un des moments les plus pathétiques de l'histoire de France et l'atmosphère d'une époque où les passions l'emportaient sur la raison. Quand la rigueur de l'historien
rencontre la plume d'un écrivain, chaque découverte devient un rebondissement, chaque témoin un héros romanesque venu éclairer les
énigmes du passé.

 

LAETITIA FAVRO



Twetter Partager