couverture du livre : Hôtel Majestic


Genre : Essais historiques
Parution : 10 juin 2010
PRIX public TTC : 32€
Nombre de pages : 592p
ISBN : 978-2-84734-660-2
Droits à l'étranger : Disponible
Disponible en version numérique

Hôtel Majestic

Gaël EISMANN


En France, le souvenir des violences commises par l’occupant allemand dans les « années noires » est encore douloureusement vivant dans notre mémoire collective. Pourtant, l’histoire de l’occupation militaire allemande en France est très peu étudiée.

Or, le Militärbefehlshaber in Frankreich (commandant militaire en France, MBF) constitue la pièce centrale du système d’occupation allemand. Installé à Paris à l’hôtel Majestic, le MBF s’apparente à un gouverneur militaire qui disposa, jusqu’en juin 1942, du monopole du « pouvoir exécutif ». Fondé sur les archives allemandes de l’Occupation, archives aujourd’hui encore largement délaissées par l’historiographie française, ce livre permet de rompre avec nombre d’idées reçues parmi lesquelles celle qui présente le rôle du MBF comme « convenable », attribuant l’essentiel des atrocités commises en France pendant l’Occupation à la Gestapo et aux officines collaborationnistes françaises.

Gaël Eismann revient par ailleurs sur la manière dont le traitement de la « question juive » s’insère dans la politique de « maintien de l’ordre et de la sécurité » du MBF et s’interroge : comment s’opère le glissement qui conduit de la répression de la Résistance à la déportation des Juifs ? Le MBF a-t-il freiné les initiatives d’autres instances allemandes chargées de la « question juive », les a-t-il cautionnées passivement, ou a-t-il joué un rôle moteur, voire accélérateur, dans la mise en œuvre de la « solution finale » ?

C’est à ces questions que répond ce livre conçu comme une histoire globale de la politique de « maintien de l’ordre et de la sécurité » du MBF et qui permet de reconsidérer les responsabilités de chacun.



Acheter ce livre

Dans la librairie la plus
proche de chez vous...

Trouver

Acheter ce livre en ligne sur :

pub pub

Twetter Partager